NederlandsEnglishFrançias

Qui est Gerda Mentens

Gerda Mentens a terminé ses études en 1980 au Régendat en arts plastiques au Sint-Maria Instituut [Institut Sainte-Marie] à Anvers. Pendant ma formation, j'ai eu différents professeurs, des artistes qui, chacun à leur manière, nous ont appris leur branche, à nous étudiants. Dans cette formation, c'est surtout la voie qui y menait qui était importante, plutôt que l'objectif en soi.

Nous recevions différentes matières, par des spécialistes qui y étaient liés. Des matières comme l'observation, l'étude des couleurs, le modèle, la composition, la connaissance des matériaux, l'historiques de l'art… et bien sûr, nous avons également appris à utiliser les différentes techniques et bases, trop pour les citer toutes. Dans ma première année, c'était 35 heures par semaine. Lorsque je raconte cela après tant d'années, c'est comme si c'était hier: tant d'information, tant de choses à faire avec elle!!!

Pendant les deux années qui suivirent, nous avons surtout appris à communiquer notre discipline. Evidemment, c'était néanmoins toujours la capacité en la matière qui était mise en avant. Et c'est alors qu'a commencé la quête; j'ai continué à donner cours, a transmettre mon savoir-faire, jusqu'à que j'ai eu la chance, dans l'école de ma formation, d'aboutir comme enseignante, dans la division de l'enseignement de l'art. C'était très passionnant, à travers les différents éléments de ma connaissance de la matière, de découvrir comment des jeunes gens voient cette discipline, discutent, qu'est-ce qui peut, qu'est-ce qui ne peut pas… Sans oublier qu'il reste toujours l'évolution. J'y ai appris que les techniques évoluaient, quelles qu'elles soient.

C'est pourquoi la devise “Lorsque l'élève y est prêt, le professeur arrive” est toujours restée ancrée dans mon esprit. Je suis donc parti dans ma recherche et sur mon parcours, j'ai rencontré un grand nombre de gens très capables dans leur discipline, même si, façon de parler, j'ai pour cela dû parcourir la moitié du monde, mais ça ne me faisait rien. Des gens avec une vision nouvelle, une vision différente, qui regardent les choses d'un autre œil, qui sont autrement “formés”, qui étaient ouverts au renouvellement et qui discutaient de ce qui est possible, de ce qui ne l'est pas… très passionnant.

Les formations qui ont suivi :
  • Degré de spécialisation techniques publicitaires, sérigraphie et histoire de l'art
  • China Academy of Fine Arts, Study of Chinese painting
  • ◦ Stages d'aquarelle en Belgique et à l'étranger

Aquarel

En fin de compte et également à cause de ma formation, j'ai opté pour l'aquarelle.. Une discipline en soi. A travers tout mon parcours de recherche, j'ai découvert que l'aquarelle est le berceau de la peinture. Mais avant de se mettre à peindre, il y a encore plusieurs choses dont il faut tenir compte...

Livres d'esquisses

Ils sont la bible pour tout artiste, ils sont une source d'information. A chacune de mes vacances, j'ai mon livre d'esquisses avec moi, j'étudie ce que je trouve intéressant, je m'assieds et je prends le temps d'examiner la forme et la couleur. A la maison, cette information m'est utile lorsque je passe à l'action dans mon atelier, pendant les leçons et les workshops d'aquarelle.

Composition

comment commencer avec une feuille blanche, formes positives et négatives, déterminer les formats, détermination du focus, où mettre quelles couleurs et quelles formes. En tant que peintre, il faut évidemment en premier lieu être en mesure d'estimer les valeurs. C'est là toute l'histoire de la lumière/du ton intermédiaire/de l'obscurité.

Dessiner

La question de savoir s'il faut être capable de dessiner pour faire de l'aquarelle m'est souvent posée… ma réponse est alors: qu'est-ce que savoir dessiner?

Dessin analytique

C'est un processus d'examen: avec notamment la perspective. Pour cela, il faut suivre plusieurs règles: les lois de la perspective. Si vous vous “entraînez”, vous réussirez certainement après un certain temps. Il faut pour cela prendre le temps de l'apprendre, de répéter, de regarder, de mesurer et d'estimer les proportions, encore, et encore, et encore…

Dessin intuitif

C'est ce que vous voyez et non pas ce que vous croyez voir, coordination de l'œil et de la main. Un exemple: vous savez qu'il peut y avoir beaucoup de choses sur une table, mais comme dessinateur, vous voyez cela différemment, et donc si vous croyez ce que vous voyez, le dessin sera tout à fait différent

Mais la question reste, dois-je être capable de dessiner, et ma réponse reste “qu'est-ce que savoir dessiner?” La dernière manière de dessiner, tout le monde en est capable, ça, je le sais avec certitude…

Je persiste à dire que l'entraînement est de la plus grande importance, et j'entends par là vraiment s'occuper de cette matière tous les jours, même si c'est seulement dans votre environnement, voir de manière examinatrice et ne pas regarder. Je trouve qu'il est important de regarder les autres maîtres qui l'ont fait avant nous, et j'ai une grande admiration pour les œuvres de RUBENS, RIK WOUTERS, KATE KOLWITZ, RODIN, TURNER.

Comme dessinateur, vous développez une écriture propre, et il ressort de vos lignes comment vous utilisez votre matériel. Il n'y a pas deux personnes qui ont la même écriture, et donc comme dessinateur ou peintre, c'est pareil. C'est unique et c'est tout un apaisement.


Palette

BLOCKX

Une palette composée avec 14 couleurs. Laisser refroidir et réchauffer les couleurs, donnent un équilibre sain et il est possible de mélanger toutes les couleurs. J'ai une certificat sur cette palette BLOCKX . Je ne mélange pas les couleurs sur une palette, sauf le vert. Je mélange la peinture aquarelle sur mon pinceau et aquarelle sur la feuille, afin d'obtenir l’équilibre juste entre les tons foncés, moyens et la lumière. normalement je démarre en mettant le focus, puis je passe à d'autres valeurs tonales. Un jet d'eau m'aide à faire se mélanger les couleurs .

Le dessin : pour soutenir l'aquarelle. Je fais des valeurs dans les tons gris.

Le papier : Bockingford 535gr

Ma méthode

Style de dessin

J'aime utiliser l'un dans l'autre le dessin intuitif et le dessin analytique, d'utiliser la connaissance de l'analytique et de la convertir en connaissance intuitive. Parfois l'un prend le dessus sur l'autre, puis inversement, c'est étroitement lié au sujet.

Aquarelle

J'utilise en majeure partie une palette de 10 couleurs. 2 jaunes, 2 rouges, 2 bleus, une froide et une chaude de chaque sorte. 4 autres couleurs, d'une “famille” jaune, rouge ou bleue, et toujours burnt sienna, qui ne peut jamais manquer sur la palette de couleurs. Cette palette peut ainsi être adaptée à chaque aquarelle, c'est une liberté que je souhaite conserver. Ma palette est également nettoyée après chaque aquarelle, ou quand même autant que possible.

Base

Selon le thème et la technique. Papier fait main ou fabriqué à la machine.

Pinceaux

Poils naturels et synthétiques, semi-synthétiques/semi-naturels. Plats et ronds.

Mediums

Moyens pour diluer et épaissir la peinture d'aquarelle et pour protéger le papier.

Thèmes

Mon sujet favori, ce sont les scènes de rue, les cafés, les intérieurs d'églises, les gens dans différents décors de rue et paysages.
 

Mon style

Onduler dans l'air avec les pinceaux, le flair des mouvements, les couleurs et les contrastes. Des compositions réfléchies qui sont approchées de manière analytique et intuitive, au départ de l'intérieur. Les aquarelles non achevées donnent encore au spectateur la chance d'ajouter quelque chose, mes œuvres doivent entraîner une interaction entre le peintre et le spectateur. De cette façon naît ainsi une zone de tension sur l'œuvre.

Moi-même, je préfère peindre dans un environnement décontracté. Mes sujets sont actuellement des bâtiments, des scènes de rue et des paysages. Développer quelque chose sur une feuille blanche est un défi. Le contact direct avec les environs me donne beaucoup d'inspiration, je dois voir le mouvement et pouvoir l'observer, goûter l'ambiance, vivre l'espace. Faire mener le jeu de l'esquisse à des traits de pinceaux.

C'est intéressant de voir passer des gens qui vous observent comme peintre. Et aussi de faire une causette, de questionner et de discuter: cela ne me gêne pas du tout. Ce que je ne peux certainement pas m'empêcher de faire, c'est utiliser mes esquisses comme inspiration. L'avantage est qu'on oublie des détails et qu'on fait ainsi des œuvres plus abstraites.

Dum Pingo Vivo

“Tant que je peins, je vis…”

Un groupe d'aquarellistes qui a sa base à Balen. Le nom est tiré du latin. Pendant nos réunions, des cours sont suivis par des gens qui souhaitent apprendre à faire de l'aquarelle. Tout le monde est ensemble, tant les débutants que les avancés. Tous peuvent apprendre l'un de l'autre, échanger des idées … Au moyen du thème, on débat amplement de la technique, du développement de la palette de couleurs, de la composition, de l'utilisation des pinceaux….

Je pourrais écrire un livre sur chaque partie… Peut-être un jour, lorsque je serai prête pour le faire. Peut-être est-ce parce que je ne suis moi-même pas une lectrice mais une "voyante": je veux voir les choses qui se passent, tout comme tant d'autres peintres. Le processus de faire naître des choses est important pour moi, c'est ce que j'ai appris pendant ma formation fantastique et aussi d'artistes que j'ai rencontré sur mon parcours, des professionnels ou des amateurs. Ce n'est pas possible ou ce n'est pas permis, ce sont là des mots qui sont absents de mon dictionnaire.

Je serai la première à essayer.
C'est peut-être dû à ma génération….
Ca reste passionnant et ça reste un défi…